AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cameron + 50 shades of Grey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Cameron Grey
❝Batman❞

◮ Ici depuis le : 17/08/2015
◮ Messages : 35

MessageSujet: Cameron + 50 shades of Grey   Lun 17 Aoû - 19:07


Cameron (James) Grey
❝A gentleman in public, and a master in the bedroom.❞



Nom(s) et prénom(s) → Vous connaissez James Cameron ? Un grand homme, ce type-là. Eh bah vous inversez les deux prénoms et vous obtiendrez le nom d'un homme tout aussi grand. Et Grey,  comme le mec ultra chelou du film. Promis, je ne suis pas un adepte du sado-masochisme. Date et lieu de naissance → Ce jour-là, toute la ville de Boston a retenu son souffle... C'était un certain 10 juillet. Le plus beau jour de l'humanité, sans l'ombre d'un doute. Âge → 27 ans et toutes mes dents, c'est promis ! Nationalité et origines → Américain de la tête aux pieds. Statut civil → En couple avec une jolie brunette, souvent surnommée « ma mie », et elle s'appelle Elsa. Un vrai prénom de reine ! Occupation(s) → Officier de police. Situation financière → Plutôt bonne. Traits de caractère → Elsa, elle a dit : « Tu es gentil et drôle et poli et compréhensif et tu sais bien faire les câlins. Par contre, tu as des goûts télévisuels pourris. » Personne n'est parfait ! Groupe → sweet emotion.

✿ Boston Calling
Parce que j'ai des goûts musicaux et télévisuels un peu nuls, je tombe souvent dans le mal. Il n'est pas rare de m'entendre chanter la marmelade devant les Zinzins de l'espace. + Je ne suis absolument pas proche de ma famille. Nous n'avons jamais été très unis, le décès de ma mère n'a rien arrangé. Je ne parle plus à mon père depuis de longues années et je n'ai des nouvelles de mes sœurs que très rarement. + Je mange tout le temps, parce que j'ai tout le temps faim. Je n'ai aucun plat préféré, je trouve ça trop réducteur et triste. Je mange tout. En revanche, je ne sais pas cuisiner. + Ma plus grosse phobie : les coccinelles. Pour ma défense, je me suis fait attaqué par ces bêtes quand j'étais petit. J'en ai même mangé quelques unes. Un très mauvais souvenir ! + Quand je suis heureux, je chante le medley d'Emile Et Image. Je raconte aussi beaucoup de blagues et je me crois drôle. + Mon plus grand rêve serait d'avoir un miroir au-dessus de mon lit. Le souci, c'est que je risque d'être fortement associé à ce mystérieux Grey. Je veux dire, plus que je ne le suis déjà. + Mon divorce, c'est certainement le plus gros échec de ma vie. La prochaine qui me demande en mariage, je fuis. + Ma rencontre avec Elsa fait partie de mes meilleurs souvenirs. Elle était nue, j'étais nu, on a discute normalement. + Le dimanche, j'ai souvent l'air désespéré et abattu. Parce que je déteste le dimanche et je déteste ne rien faire. Ce qui explique pourquoi je me retrouve échoué sur le canapé à regarder des dessins animés pourris. + Mon travail représente réellement toute ma vie. Il a souvent été mon refuge et si je dois mourir avec une balle dans le crâne, alors soit.

✿ Behind the curtain
Pseudo/prénom → IMgoofygoober, Anaïs bgey  Âge → 4x5ans !  Smile  Fréquence de connexion → Tous les jours, si tout va bien dans ma vie. Scénario ou personnage inventé ? → L'amoureux d'Elsa ! Coeur  DC/MC → Ta maman. Le mot de la fin → FRIEDEFRUCHTELIE !  Ficududu


_________________

HEY ASSBUTT !
« J’ai un peu tendance à me foutre de tout ces derniers temps. En fait la seule chose dont j’arrive pas vraiment à me foutre, c’est du fait que je me foute de tout justement. Vraiment, ça m’inquiète. » ~ byendlesslove.



Dernière édition par Cameron Grey le Ven 21 Aoû - 21:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cameron Grey
❝Batman❞

◮ Ici depuis le : 17/08/2015
◮ Messages : 35

MessageSujet: Re: Cameron + 50 shades of Grey   Lun 17 Aoû - 19:08


Did you say marmalade ?



C’est décidé, je m’en vais ! Je quitte ma maison pour toujours et je ne reviens jamais. Jamais, jamais, jamais ! J’ouvre mon cartable, enlève mes cahiers et à la place, je mets ma figurine Batman, mes chaussons, mon maillot de bain et deux ou trois jouets. Je referme mon sac et le laisse sur mon lit tandis que j’ouvre mon grand placard. Je retire mon pantalon, le pull moche que maman me force à porter et puis j’enfile mon T-shirt de foot des Giants de New-York ainsi que mon short de sport préféré. Je mets mes grandes chaussettes et mes baskets, j’attrape mon cartable et me dirige vers la porte. J’abaisse doucement la poignée, jetant un œil à droite, puis à gauche pour m’assurer que la voie est libre. Je me glisse hors de ma chambre en silence, descends les escaliers et sors de la maison en passant par la grande porte d’entrée. Une fois dehors, je traverse l’allée d’un pas déterminé. Je m’arrête lorsque j’arrive au niveau de la route. Et maintenant ? Je vais où ? Je me gratte la tête tout en réfléchissant. Si je pars par la gauche, je vais chez l’épicier. Si je pars à droite, je vais chez mamie Jeanne. Donc je pars à droite. Je commence à courir à toute allure, observant chacune des rues autour de moi. Je ne sais plus très bien par où je dois passer ensuite… Un peu perdu, je m’arrête à une intersection. Je regarde autour de moi. Je reconnais un peu les maisons mais pas trop. Je crois que maman passait toujours pas là, pour aller chez mamie Jeanne. Je me fie à mon instinct, suis une route un peu au hasard et d’ailleurs, je manque de me faire écraser par un Dodge Ram. Plus impressionné qu’autre chose, je fixe le véhicule avec des yeux brillants. Je veux la même… Il faudra que je demande à maman. Ou à mamie, parce que je ne veux plus parler à maman. Je reprends mon chemin, bras croisés sur mon petit torse. Je marche pendant de longues minutes, je commence même à avoir mal aux jambes. Et j’ai chaud. Normalement, on ne met pas plus de dix minutes pour aller chez mamie. J’ai l’impression d’avoir marché durant des heures et des heures. Je pouffe à plusieurs reprises, épuisé et agacé. J’ai envie de m’asseoir. J’envisage de me poser sur un banc, lorsqu’enfin, je vois la grande maison de mamie. Mon regard s’illumine. Je parcours les derniers mètres en courant, martelant la porte de mes petits poings. « MAMIIIIIIIIIE ! » Hurlé-je alors à plein poumon. Je me recule lorsque j’entends le cliquetis de la porte. J’affiche un grand sourire, prêt à bondir. La porte s’ouvre enfin sur ma grand-mère. Je saute littéralement dans ses bras en m’exclamant de joie. « Cameron ? Qu’est-ce que tu fais la mon garçon ? » Je ferme les yeux et m’accroche à elle de toutes mes forces. « Maman n’est pas avec toi ? » « Maman est méchante. J’veux plus lui parler. » Elle rigole avant de me faire entrer chez elle. Elle m’aide à retirer mon cartable, le posant dans un coin de la maison. « Qu’est-ce qui t’arrives ? Pourquoi tu es fâché après ta maman ? » Je regarde mamie avec une petite moue boudeuse. Je pousse un long soupir avant de finalement avouer la raison de mon arrivée ici : « Elle va avoir un bébé. Mais j’veux pas de bébé. C’est nul. »

A cette époque, je croyais dur comme fer que je serais toujours l’unique fils de mes parents. Je ne pensais pas qu’en réalité, j’allais un jour être le grand-frère de deux petites filles, incroyablement chiantes. Après ma naissance, mes parents ont essayé d’avoir un autre enfant. Seulement ils ont eu beaucoup de mal et ce n’est que quatres ans après mon arrivée sur terre que ma mère tomba enceinte. Je n’étais pas dupe, je me rendais bien compte qu’un bébé allait changer notre quotidien familial. Je n’étais pas prêt à cela et surtout, je ne le voulais pas. Puis Alice est née, et si au début je refusais catégoriquement de l’approcher, mon point de vue à changer en grandissant. Bon, avoir une petite sœur, c’est un peu chiant. Parce qu’elle pleure souvent pour rien et elle demande énormément d’attention. Mais au final, l’idée d’être grand-frère a fini par me séduire. Cela voulait dire que j’étais plus grand, plus autonome et plus indépendant. Deux ans après la naissance d’Alice, Mélanie est venue compléter la famille. Voilà ce que l’on pouvait appeler une famille nombreuse ! Et je vous assure qu’en tant que grand-frère, j’ai souffert.

Lorsque j’eus dix ans, notre mère est décédée. Vous connaissez le cancer ? Cette maladie qui irradie votre corps et qui vous affaibli jour après jour…  Eh bien elle en a été l’une des nombreuses victimes. Papa a toujours fait en sorte de cacher la vérité à mes sœurs, il ne voulait pas leur expliquer les conséquences d’une telle maladie, il ne voulait pas les inquiéter et je pense que quelque part, il ne voulait pas s’inquiéter lui-même. En revanche, moi, j’étais au courant. Je l’ai vu mourir à petit feu en comprenant ce qu’il se passait. La chimio ne fonctionnait pas, son état ne faisait qu’empirer et la maladie eut raison d’elle un mardi soir. Je m’en souviendrai toute ma vie… Il a fallu expliquer à Alice et Mélanie que leur mère était partie. Alice a rejeté l’idée pendant plusieurs jours. Elle s’est terrée dans une sorte de mutisme pendant presque une semaine. Elle était devenue un être mécanique, elle n’exprimait rien, ne pleurait pas non plus. Même le jour de l’enterrement, l’expression de son visage est restée neutre. Ce ne fut que le mardi suivant qu’elle éclata finalement. Toutes ses barrières ont cédé, toutes les larmes qu’elle avait stockées se sont échappées. Quant à Mélanie, je crois qu’elle était trop petite pour réellement comprendre. Quand papa lui a dit que maman s’était endormie pour toujours, elle a simplement haussé les épaules en répondant qu’un jour ou l’autre, elle finirait forcément par se réveiller. Ni papa, ni moi, ni qui que ce soit d’autre n’a voulu la contredire. C’est en quelque sorte ce qui lui a permis de faire son deuil. Ce n’est qu’en grandissant qu’elle a compris et bien-sûr, elle était triste. Elle a souvent pleuré, mais elle a toujours gardé la tête haute et c’est probablement la seule aujourd’hui qui ait véritablement accepté la mort de notre mère. Pour ce qui est de mon cas… Je me suis contenté d’être là pour mes sœurs, de soutenir mon père comme je le pouvais. J’avais l’impression que je n’avais pas vraiment le droit de craquer. J’ai surmonté cette épreuve difficile avec toute la force et le courage dont j’étais capable.

La vie a très vite repris son cours. Alice et Mélanie sont devenues aussi soudées que des jumelles et moi, je me suis retrouvé un peu seul. Alors quand je suis entré à l'école de police, j'ai totalement laissé ma famille de côté. Devenir flic était devenu mon objectif à atteindre, un vrai rêve, je m'y suis donné corps et âme. Mon père n’en avait strictement rien à foutre, j'aurais aussi bien pu choisir de devenir clown ou éboueur ! Chaque jour, je me rapprochais un peu plus de mon rêve et m’éloignais de mon père. Mon père… Ouais, je ne sais même pas si je pouvais encore l'appeler ainsi. Le décès de maman l’a changé. Il s'est renfermé sur lui-même et a construit une sorte de mur invisible entre mes sœurs et moi. Cet éloignement, je l’ai très mal vécu. En plus d’avoir perdu ma mère, c’était comme si j’avais également perdu mon père. J’imagine que les filles ont ressenti à peu près la même chose… Pourtant, je ne l’avouerai pas tous les jours, mais j’avais besoin de lui. J’avais besoin d’une figure paternelle, d’avoir quelqu’un pour m’encourager, me guider… Il n’était pas là et je lui en voudrais toute ma vie pour ça.

Petit à petit, j’ai aussi commencé à m’intéresser aux filles. ET OUI, je n’ai pas honte de l’admettre : j’ai eu ma période porno avec collection de photos de femmes en lingerie fine. Voilà, voilà. Le jour où Alice a découvert mon tiroir secret fut l’un des plus gênants de toute mon existence, d’ailleurs. Je n’ai pas vraiment su quoi lui répondre, en fait. Bref, grâce à mes études, j’ai gagné une apparence physique plus qu’avantageuse. Je l’ai vite compris et n’ai pas hésité une seule seconde à en abuser. Savoir que je pouvais avoir toutes les filles que je voulais flattait pas mal mon égo. J’ai commencé à sortir avec quelques filles, sans que cela ne dure plus d’une semaine ou deux. Il faut dire que je n’étais pas le type le plus fidèle au monde, alors évidemment… Je ne suis jamais tombé amoureux, je voulais juste m’amuser. J’ai rencontré des tas de filles, mais parmi toutes ces filles, il y en a une qui a su retenir mon attention. Une jolie brunette, avec des jambes fines, des formes parfaites et un sourire d’ange. Son nom ? June. Lors d’une soirée étudiante, je l’ai abordée, sûr de moi. Le feeling est tout de suite passé, on a couché ensemble et voilà. Le tour était joué ! Après cette soirée, nous nous sommes revus à plusieurs reprises. Au bout d’un an, ce n’était plus seulement du sexe. Je tenais à cette jeune femme et commençais à ne la vouloir que pour moi. Les choses se sont faites naturellement et simplement. June était officiellement devenue ma petite-amie. La seule et l’unique. Les choses sont devenues de plus en plus sérieuses. J’étais prêt à construire un avenir avec cette femme, alors même si l’engagement me faisait un peu peur, au bout de trois ans, je me suis décidé à la demander en mariage. Je ne pouvais pas être plus heureux…

Malheureusement, notre mariage n’aura pas duré plus de trois ans. J'étais devenu officier de police et prenait mon travail un peu trop à coeur, j’avais nettement moins de temps à consacrer à ma femme. Malgré tous mes efforts, ça n’a pas suffi. Il n'était pas rare que je passe la nuit au poste, à bosser que une enquête difficile. Toutes ces absences l’agaçaient et elle ne cessait de me répéter que si nous voulions vraiment des enfants, alors il faudrait que je change. Que je passe moins de temps au bureau et plus à la maison. J'ai essayé. Mes comme on dit, chassez le naturel et il revient au galop ! Les disputes se sont enchaînés, nous éloignant l’un de l’autre un peu plus à chaque fois. Le divorce était la seule issue possible. Je ne pouvais plus supporter ses reproches, elle ne voulait pas me comprendre alors… La fin était inévitable. Nous n’avons pas mis bien longtemps à signer les papiers du divorce. Après ça, June a fait ses valises et s’est envolée pour New-York. De mon côté, je suis resté à Boston et je me suis promis de ne plus jamais me marier. Parce que mine de rien, un divorce, ça coûte cher. Et puis j'ai rencontré Elsa. #LoveStory


_________________

HEY ASSBUTT !
« J’ai un peu tendance à me foutre de tout ces derniers temps. En fait la seule chose dont j’arrive pas vraiment à me foutre, c’est du fait que je me foute de tout justement. Vraiment, ça m’inquiète. » ~ byendlesslove.



Dernière édition par Cameron Grey le Ven 21 Aoû - 21:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elsa McMahon
❝Black Widow❞

◮ Ici depuis le : 10/08/2015
◮ Messages : 34

MessageSujet: Re: Cameron + 50 shades of Grey   Lun 17 Aoû - 19:33

Monsieur Marmelade. STP I love you

_________________
Et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... je ne suis qu’amour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cameron Grey
❝Batman❞

◮ Ici depuis le : 17/08/2015
◮ Messages : 35

MessageSujet: Re: Cameron + 50 shades of Grey   Lun 17 Aoû - 19:36

Juste pour twa. Lovers

_________________

HEY ASSBUTT !
« J’ai un peu tendance à me foutre de tout ces derniers temps. En fait la seule chose dont j’arrive pas vraiment à me foutre, c’est du fait que je me foute de tout justement. Vraiment, ça m’inquiète. » ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julia Stevenson
❝Black Widow❞

◮ Ici depuis le : 10/08/2015
◮ Messages : 47

MessageSujet: Re: Cameron + 50 shades of Grey   Lun 17 Aoû - 19:41

love

_________________


   
Bazinga.
J'ai entendu dire que quand on est perdu, le mieux à faire de rester où on est et d'attendre qu'on vienne nous chercher. Mais personne ne pensera à venir me chercher ici !@ ALASKA.
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stan Lee
❝Nerd en chef❞

◮ Ici depuis le : 10/08/2015
◮ Messages : 123

MessageSujet: Re: Cameron + 50 shades of Grey   Lun 17 Aoû - 19:59

Blblblblbl je t'aime. I love you (et dit en Stan Lee, c'est pas glauque du tout ! Arrow)


La validance
- fécilitations ! -

Toutes nos félicitations, jeune padawan ! Tu viens de passer la première étape haut la main et nous te souhaitons officiellement la bienvenue parmi nous ! Cutie pie

Afin de compléter ton inscription oklm, tu vas néanmoins devoir effectuer certaines tâches un peu barbantes mais c'est pour le bien de tous. Haut les cœurs ! Tout va bien se passer.

Pour commencer, si tu ne veux pas te faire chiper ton avatar, tu vas devoir le recenser en allant ici ; tu dois aussi recenser le prénom et le nom de ton personnage . Une fois que c'est fait, tu vas pouvoir te diriger joyeusement vers la catégorie « Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous ! » Là-bas, tu vas pouvoir créer ta fiche de lien et le répertoire pour tes futurs RP.

ENSUITE ! Il y a toute la partie très chiante qui consiste à trouver un logement et un travail ! Mais ça va, il y a pire dans la vie. Comme les chaussettes sales. Et ensuiiiite... Je pense qu'on est bon !

Pour ne pas te sentir perdu, nous t'invitons à lire (ou relire) l'annexe sur Boston ; et pour ton intégration personnelle, n'oublie pas que tu peux user et abuser des MP, du flood et de la CB !

En cas de question, le staff reste à ton entière disposition.
Bon jeu sur CT !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://come-together.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cameron + 50 shades of Grey   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cameron + 50 shades of Grey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fifty shades of Grey
» Fifty shades of Grey
» Fifty shades of grey
» 50 shades of Grey Storm - PV Rising Starling
» [Grey's Anatomy RPG]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: I threw some rocks up at your window. :: Pierre ? - Présent. :: Come and get you love-